mercredi 3 octobre 2012

Les coeurs autonomes - David Foenkinos

 Résumé :


" Le plan, c'était d'attacher les flics avec leurs propres menottes. Mais ces deux-là n'ont pas de menottes. Les menottes, c'est le coeur du drame. Plus tard, elle dira que si les flics avaient eu des menottes, rien de tout ce qui va suivre ne serait arrivé. " Histoire d'un amour hors du commun, évocation de la jeunesse révoltée, ce roman est librement inspiré de l'histoire de deux jeunes amants meurtriers.


Mon avis :

Les coeurs autonomes est le deuxième roman de David Foenkinos que je lis. Après avoir était conquise par La délicatesse, j'avais envie de continuer à découvrir l'univers de l'auteur et son style si particulier. Mon choix c'est donc porté sur Les coeurs autonomes la quatrième de couverture me tentait et je trouvais la couverture magnifique !

Les coeurs autonomes est un roman qui s'inspire librement d'un fait divers ayant défrayé la chronique en octobre 94, autant vous dire que je ne connaissais pas cette affaire puisqu'à l'époque je n'avais que 6 ans. Je me suis donc renseignée pour m'imprégner un peu mieux de l'histoire. Voici les faits :

L'affaire Rey-Maupin est un fait divers qui a eu lieu en région parisienne le 4 octobre 1994, marquant les esprits par sa violence, la jeunesse des protagonistes, leur personnalité (en particulier pour le silence de Florence Rey), le mystère qui l'entoure ainsi que par ses possibles motivations politiques. Florence Rey et Audry Maupin ont été présentés comme des révolutionnaires anarchistes ou du moins des militants proches de cette mouvance. Ce fait divers a relancé le débat sur la peine de mort en France. Il a suscité un grand intérêt médiatique et a inspiré une importante production artistique. Florence Rey fut surnommée par la presse la tueuse née ou la tueuse de flics. La fascination qu'elle exerça est liée, pour une grande part, à sa photographie d'identité judiciaire qui la présente apparemment impassible, les bras croisés, le regard vide ou défiant, avec une légère écorchure sur la joue. Source Wikipédia
Le livre se compose en deux parties. Dans la première partie nous faisons la connaissance du narrateur. J'ai d'ailleurs eu du mal a cerner qui il était vraiment, mais pour moi il reste un témoin qui a croisé le chemin des deux amants. Il nous fait part de son point de vue, comment il a vu ce couple partir à la dérive à cause de leur convictions et de leur militantisme. Il rencontre la jeune femme - toujours désignée par le pronom elle, aucun nom n'est cité - à la fac; dès leur première rencontre cette fille le fascine sans qu'il ne sache pourquoi. Il nous raconte également la rencontre de cette jeune fille avec son futur copain; il est sans le vouloir, le témoin de la naissance de ce couple et nous livre au fil des pages sa vision des choses sur cet amour qui est pour lui, au fil des pages, destructeur. Pour moi, le livre tourne autour du thème de l'amour, un amour si passionnel et fusionnel qu'il nous rend aveugle et nous pousse à faire des choses extrêmes. Au fil des pages, je voyais cette jeune fille se renfermer sur elle même, n'ayant d'yeux que pour son homme. Elle le mettait sur un piédestal, pour elle, il était beau, il était fort et elle le suivait dans tous ses combats.

La deuxième partie se concentre plus sur les prémices de la fusillade, sur les raisons qui ont poussé ces deux jeunes a passer à l'acte. On les suit dans leurs manifestations, on sent bien que dans le couple il y a un meneur, le garçon. On commence à sentir la fille perdue, apeurée par tout ça et pourtant elle reste. Le passage de la fusillade est magnifique, j'ai eu cette sensation d'être sur place, de vivre en même temps que tous les protagonistes ce qui se passait . Bref, une fois de plus l'écriture de l'auteur m'a totalement conquise. Il a ce don de raconter les choses avec sensibilité, de trouver les mots exacts pour nous faire ressentir les choses telles qu'elles sont.
Concernant les personnages, j'ai détesté le garçon. J'ai détesté cette emprise qu'il avait sur cette pauvre fille . J'ai eu pitié d'elle.

En conclusion, je dirais que ce fut une très bonne lecture, pas un coup de coeur mais une lecture que je conseille à tous et qui se lit très vite ! 

3 commentaires:

  1. Il y aurait donc un livre de Foenkinos que je ne connais pas encore...
    Merci ;-)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai dévoré La Délicatesse, je ne connais pas ce titre. Je note :)

    RépondreSupprimer